Manifeste T’ air-eau 94 : à propos de l’ usine Eiffage

Le préfet duVal de Marne a donné son autorisation à EIFFAGE
(arrêté
2011/2102 du 27 juin 2011)

pour la création d’ une usine d’enrobés (gravillons plus bitume ) dont la source d’énergie sera du lignite sur le site du port autonome de Bonneuil.

Le lignite est un carburant bon marché. Mais la société qui désire utiliser cette source d’ énergie est en bonne santé financière. Par contre, le coût en terme de pollution n’ est pas anodin, à deux titres :

  1. sa combustion libère 3,25 tCO2/Tonne équivalent charbon contre 1,50 tCO2/Tonne équivalent charbon pour le gaz. Pourquoi majorer les émissions de gaz à effet de serre ?
  2. Elle libère également des poussières,  du NO2 , du SO2, . Une étude récente effectuée à Montréal, dans le service du Docteur Goldberg de l’ Université Mac Gill et de l’ Université de Montréal (Dre France Labrèche) a mis en évidence un lien entre pollution atmosphérique, en choisissant le NO2 comme marqueur, et cancer du sein chez les femmes après la ménopause. Le dioxyde d’ azote (NO2) n’ est peut-être qu’ un marqueur de la pollution et le vrai responsable est peut-être une autre molécule. Mais pourquoi implanter une industrie aussi polluante dans un tissu urbain aussi dense que la région parisienne ?
  3. Faut-il vraiment produire des pluies acides près de la forêt Notre-Dame et du parc départemental du Morbras  à l’ aide du SO2 ?

Autoriser l’ implantation de cette usine entre en contradiction avec

  • Le Grenelle de l’ Environnement (engagement N° 150)
  • Le Plan de Protection de l’ Atmosphère en Ile de France, signé le 7/7/2006
  • Le Plan Régional pour la Qualité de l’ Air signé le 26/11/2009.

Un poste de concassage est prévu qui risque d’occasionner des nuisances sonores.

. Le site est à 500 m d’ habitations, à 600 m de populations sensibles (ecole des Noyers, plein est, ce qui la met juste sous les vents dominants ) , ecole JJROUSSEAU 200 mètres plus loin, comme le groupe scolaire des mûriers à Saint Maur.ou les cinq maisons de retraite situées à moins d’ un kilomètre.

Le site est en zone orange du PPR (risque très fort d’ inondations) . La DREE avait préconisé la dépollution (présence d’ arsenic et d’ hydrocarbures aliphatiques dans le sol) . Eiffage envisage de gérer les particules issues de la combustion de la lignite à l’ aide d’ arroseuses.

La distillation du pétrole productrice de bitume sera également productrice d’ odeurs désagréables et de benzène, ainsi que d’ aniline.

La proximité des nuisances olfactives liées au déversement du bitume dans les camions devrait occasionner une baisse notable de la valeur vénales des habitations proches .

. Pour mémoire, la mairie de Saint-Maur, consultée, s’ y était opposée et la mairie de Sucy-en-Brie avait réservé son avis, le subordonnant à la consultation d’ un expert . Le commissaire enquêteur n’ a jamais reçu le CR du conseil municipal de Sucy.

http://www.rdv.val-de-marne.gouv.fr/sections/rubriques/environnement/autorite_environneme/avis_de_l_autorite_e/downloadFile/attachedFile_5/Projet_EIFFAGE_BONNEUIL.pdf?nocache=1282113544.8

L’ existence de cette autorisation a été annoncée au conseil municipal de Sucy le 12 décembre 2011

La constitution d’ un collectif  T’ air-eau 94  dans le but de recueillir un nombre notable de signatures des riverains du port autonome de Bonneuil a eu lieu  . Voulez-vous en faire partie ? Contactez-nous via

taireau94@voila.fr

Sylvie Grasland-Deslot

pour le collectif T’ air-eau 94

About these ads

9 Comments

  1. C’est un scandale !!
    Ce n’est pas comme çà que j’imagine l’avenir de nos villes, je pensais que le Grenelle de l’Environnement et l’Agenda 21 allaient nous protéger de ce genre d’atteinte à la santé de l’homme et de la nature !
    Des solutions alternatives existent (ex: bitume végétal), le groupe Colas propose une solution depuis plusieurs années et voilà ce que l’on nous IMPOSE une usine polluante en pleine ville !

    je souhaite de tout coeur que l’on trouve une autre solution, la santé de milliers de personnes est en sursis.

  2. c’est tout simplement scandaleux et impossible, il faut agir vite et efficacement, se regrouper et créer un rapport de force qui soit favorables aux milliers d’habitants concernés.
    comment peux-t’on concevoir de construire une telle usine au milieu d’écoles et d’habitations??!!
    AUX ARMES CITOYENS !!!

  3. Bonjour Brian, travailles tu chez COLAS?

    Une centrale d’enrobage peut malaxer des enrobés à base de bitume ou de composant végétal suivant le besoin.
    Cependant les nuisances liées au chauffage, concassage des granulats, et transports des matériaux sont toujours là.
    On peut noter que la centrale sera implantée dans une zone industrielle desservie par voie d’eau, ce qui limite les nuisances de transport.

    Il y a bien sûr la solution d’exporter ce genre d’équipement plus loin à la campagne pour bitumer les voiries de la ville grande consommatrice d’enrobé, mais pour le coup, hormis le fait d’exporter le problème, je ne vois pas l’intérêt écologique d’autant que l’impact transport en serait accru.

    L’écologie ne consiste pas à transferer les nuisance dont on ne veut pas chez les autres, mais plutôt à réduire sont impact personnel sur l’environnement.

    On peut rappeler l’exemple de la ville de Paris qui transfert chaque jour des milliers de m3 d’ordures dans les banlieues pour traitement.

    Attention, le scandale n’est pas forcément là où il est le plus visible.

    • Bonjour jlux,
      tu ne dois pas habiter à proximité toi pour dire ce genre de choses !!
      Eiffage dit explicitement qu’elle veut utiliser des matières polluantes dans l’enquête publique.
      La pollution engendrée par les fumées de cette installation peuvent créer des problèmes de santé réels comme le cancer du sein pour les femmes.

      Si tu veux snifer les pots d’échappement des voitures et que tu apprécies c’est ton choix, mais on ne doit plus imposer des techniques archaïques et polluantes aux populations et à l’environnement en général,
      rappel nous sommes au 21ème siècle…..

      Alors vive Végécol et pour le coup Colas exploitable en lieu et place de cette « merde »
      il ne resterait plus beaucoup de point de discorde !!!

      merci pour l’explication : « L’écologie ne consiste pas à transférer les nuisanceS dont on ne veut pas chez les autres, mais plutôt à réduire sont impact personnel sur l’environnement. »
      je n’avais pas compris ;-)

      • Malheureusement, Brian, le Végé(truc)l n’a pas une empreinte écologique plus faible qu’un enrobé traditionnel. Toutes les poudres magiques qui transforment les produits traditionnels sont issues de procédés chers et consommateurs d’énergie.
        Les enrobés aux liants végétaux coûtent beaucoup plus cher et sont moins durables. En mettre partout signifierait payer plus d’impôts et polluer plus au niveau des raffineries… Pas très développement durable, ça…

        L’avenir, d’après les professionnels des bitumes, est à l’enrobage à froid i.e. à 80°C. C’est pour bientôt.

        Transporter les cailloux par fret ferroviaire et produire au plus près de chez les clients, c’est une démarche responsable.
        Il n’y a pas beaucoup de matériaux naturels en Ile de France.
        Recycler les eaux de ruissellement pour constituer une réserve d’eau à réutiliser, c’est une démarche responsable.
        Recycler jusqu’à plus de 50% de produits d’anciennes chaussées, c’est responsable et écologique.

        Apparemment l’usine en question répond aux normes actuelles en ce qui concerne les émissions de CO2. Pour le moment nous ne savons pas réellement quelle sera la consommation de lignite (il y a eu un branchement de gaz qui a été réalisé la semaine dernière…). A priori il s’agit du modèle le moins polluant du constructeur. Y aura-t-il réellement des émissions de benzène ?

        L’ancien locataire du site (qui reste la propriété du Port Autonome) était-il exemplaire au niveau écologique ? Peu certain…

        Reste à savoir quels seront exactement les polluants émis et quelles dispositions ont été prévues pour les rendre, si possible, inoffensives pour chacun. Là nous attendons des réponses. N’est-ce pas Claude.
        En tous cas les études les plus récentes, et indépendantes, ont prouvé et fait admettre définitivement que les vapeurs dégagées lors de la mise en oeuvre de ces matériaux ne sont pas cancérogènes. La profession a tout de même largement abaissé ses températures de fabrication (de 160 à 110°C).

        Sais-tu qu’à moins de 300m il y a un centre de retraitement de déchets et de boues, dans la même rue, qu’il y a une centrale à béton le long de la darse la plus proche de Sucy (les poussières de ciment sont extrêmement nocives), une usine de fabrication de parpaings qui fume et qui fume, et que la centrale d’enrobés de Col(truc) est en panne au moins 2 fois par mois (mal réglée peut-être…). Et les ferrailleurs, il vaut mieux ne pas en parler (terrain glissant, autre débat…). Toutes les plateformes logistiques amènent un trafic de camions BIEN supérieur. Il y a déjà 2 sites Géod(truc), bientôt un Cail(truc) (derrière La Plateforme du Bâtiment), et je parie un bon repas au resto d’en face que les prochains à s’installer seront encore des plateformes logistiques. C’est normal la déviation de Boissy est en cours, le prolongement de la RN406 arrivera vers la station Esso et améliorera l’accès à la N104 pour les camions. La route que Colas termine en ce moment à côté de la DGA va désengorger la route principale du Port. C’est un pôle multimodal, il faut se le rappeler, et son objectif est de croiser les frêts de Rail Route et Voies Fluviales. Les parpaings ne prennent pas le Técéhespé pour monter sur les murs.

        Malheureusement, nous ne pouvons pas rejeter les activités économiques qui font vivre nos communes et nos populations. Sucy est déjà bien mal engagée financièrement, avec un taux d’imposition record (et des voiries moyennement entretenues…). Il faut diminuer les nuisances. L’écologie est une attitude, pas un dogme… Si on s’attaquait un peu à la pollution lumineuse, hein ? A la vitesse des bolides rugissants qui renversent nos enfants devant le stade et les tennis ?

        Heureusement, les pratiques ont bien évolué. Ne pas oublier sur quels « terrains » la plupart de nos jolis parcs, parcs des sports etc… ont été construits. Les choses évoluent dans le bon sens, il faut juste rester éveillé et attentif.

        C’est l’ensemble de la zone portuaire qui doit faire l’objet de surveillances au niveau de la qualité de l’air. C’est le moment de s’en occuper, dans l’intérêt de tous. Le rapport de force n’est pas une bonne solution.

      • Cher « Ecologique »,

        Votre commentaire fort intéressant appelle quelques réponses. Je n’aurai évidemment pas la discourtoisie de vous demander votre identité réelle même si j’ai quelques hypothèses sur la question. En tous les cas, considérez que je m’adresse à vous comme je m’adresserais au directeur technique d’Eiffage : avec respect, volonté de dialogue mais méfiance

        Vous écrivez :
        Malheureusement, Brian, le Végé(truc)l n’a pas une empreinte écologique plus faible qu’un enrobé traditionnel. Toutes les poudres magiques qui transforment les produits traditionnels sont issues de procédés chers et consommateurs d’énergie.
        Les enrobés aux liants végétaux coûtent beaucoup plus cher et sont moins durables. En mettre partout signifierait payer plus d’impôts et polluer plus au niveau des raffineries… Pas très développement durable, ça…

        Réponse : Il faut effectivement comparer toutes les solutions et je n’ai pas d’apriori en faveur d’un enrobé plutôt qu’un autre. D’accord pour un comparatif technique mais en prenant en compte tous les aspects, y compris la couleur de l’enrobé puisque, sauf erreur de ma part, les enrobés blanc ou clairs ont l’avantage de réfléchir mieux le soleil (albedo) et de réduire la chaleur absorbée sur terre mais aussi et surtout en ville.

        L’avenir, d’après les professionnels des bitumes, est à l’enrobage à froid i.e. à 80°C. C’est pour bientôt.

        Attendons donc, encore un peu…

        Transporter les cailloux par fret ferroviaire et produire au plus près de chez les clients, c’est une démarche responsable.
        Il n’y a pas beaucoup de matériaux naturels en Ile de France.
        Recycler les eaux de ruissellement pour constituer une réserve d’eau à réutiliser, c’est une démarche responsable.
        Recycler jusqu’à plus de 50% de produits d’anciennes chaussées, c’est responsable et écologique.

        R. Je suis sensible à l’argument du coût de transport et à l’intérêt de la voie d’eau. Pour le recyclage, je demande à voir de plus près le bilan, notamment en termes de santé. Je ne suis pas convaincu que brûler de vieux goudrons sales n’ait pas un coût trop élevé en termes de santé publique. Je vous fais également remarquer que l’installation en centre ville n’est pas seulement écologique mais aussi économique : c’est beaucoup plus rentable pour l’exploitant … Je veux bien qu’Eiffage fasse des bénéfices, mais alors qu’il paye le prix en termes de protection de la santé des riverains.

        Apparemment l’usine en question répond aux normes actuelles en ce qui concerne les émissions de CO2. Pour le moment nous ne savons pas réellement quelle sera la consommation de lignite (il y a eu un branchement de gaz qui a été réalisé la semaine dernière…). A priori il s’agit du modèle le moins polluant du constructeur. Y aura-t-il réellement des émissions de benzène ?

        R. Je suis admiratif du fait que vous soyez au courant d’un branchement de gaz que tout le monde ignorait. Surtout après avoir rappelé dans un de vos derniers commentaires que vous vous demandiez si les photos du blog avaient été prises dans un chantier interdit au public. Je vous rassure donc sur le fait que les photos ont été prises à l’extérieur de l’enceinte mais je m’interroge plus que jamais sur votre identité … Quoiqu’il en soit, Monsieur-si-bien-renseigné-sur-l’-usine-Eiffage-qu’on-jurerai-que-vous-y-ave-accés-permanent je me réjouis d’un éventuel remplacement du lignite par le gaz pour le chauffage. Et je suis également heureux de savoir que l’usine serait la moins polluante de la gamme Benninghoven (question que j’ai posé en vain au directeur technique d’Eiffage mais dont vous semblez avoir la réponse). Pour le reste, je demande à voir et, en tant que chercheur scientifique, je respecte votre opinion mais il m’en faudra plusieurs pour être convaincu.

        L’ancien locataire du site (qui reste la propriété du Port Autonome) était-il exemplaire au niveau écologique ? Peu certain…

        R. Je vous l’accorde. Et d’autant plus volontiers que la tranchée visible sur le terrain depuis l’extérieur montre une série de couches suspectes. Remettre une couche de bituem par dessus n’est vraiment pas la solution. Il faudrait dépolluer avant de remettre une nouvelle installation. Si Eiffage veut être exemplaire …


        Reste à savoir quels seront exactement les polluants émis et quelles dispositions ont été prévues pour les rendre, si possible, inoffensives pour chacun. Là nous attendons des réponses. N’est-ce pas Claude.

        R. Tout juste. Au fait, mon prénom est Claude mais mon nom est GRASLAND.Je suis professeur d’université en géographie à l’Université Paris Diderot. Je serai curieux de connaître en retour vos noms, prénom, profession et employeur. Est-ce trop demander ?

        En tous cas les études les plus récentes, et indépendantes, ont prouvé et fait admettre définitivement que les vapeurs dégagées lors de la mise en oeuvre de ces matériaux ne sont pas cancérogènes. La profession a tout de même largement abaissé ses températures de fabrication (de 160 à 110°C).

        R. Permettez moi de juger sur pièce et de ne pas accorder une confiance immodérée aux études dites « indépendantes ». Cela rappelle trop les arguments du lobby climato-sceptique. A part ça, la réponse sur la baisse des températures de « la profession » de 160 à 110°C me fait penser plus que jamais que j’ai peut-être la chance de m’adresser au directeur technique d’Eiffage a qui j’avais posé cette question par e-mail et dont je sais qu’il a écrit sur le sujet des articles très instructifs.

        Sais-tu qu’à moins de 300m il y a un centre de retraitement de déchets et de boues, dans la même rue, qu’il y a une centrale à béton le long de la darse la plus proche de Sucy (les poussières de ciment sont extrêmement nocives), une usine de fabrication de parpaings qui fume et qui fume, et que la centrale d’enrobés de Col(truc) est en panne au moins 2 fois par mois (mal réglée peut-être…). Et les ferrailleurs, il vaut mieux ne pas en parler (terrain glissant, autre débat…). Toutes les plateformes logistiques amènent un trafic de camions BIEN supérieur. Il y a déjà 2 sites Géod(truc), bientôt un Cail(truc) (derrière La Plateforme du Bâtiment), et je parie un bon repas au resto d’en face que les prochains à s’installer seront encore des plateformes logistiques. C’est normal la déviation de Boissy est en cours, le prolongement de la RN406 arrivera vers la station Esso et améliorera l’accès à la N104 pour les camions. La route que Colas termine en ce moment à côté de la DGA va désengorger la route principale du Port. C’est un pôle multimodal, il faut se le rappeler, et son objectif est de croiser les frêts de Rail Route et Voies Fluviales. Les parpaings ne prennent pas le Técéhespé pour monter sur les murs.

        R. J’aime bien cette technique rhétorique qui consiste à noyer un problème au milieu de 50 autres pour le minorer. On apprend ça à Sciences Po et dans les grandes écoles, ainsi que dans tous les petits et grands traités de manipulation… Mais soyons juste, vous avez raison sur un point, il y a plus d’un problème dans le port de Bonneuil et nous n’avons nullement l’intention de nous acharner sur la seule question de la centrale Eiffage. Le collectif T’AIR-EAU 94 s’est d’ailleurs donné un objectif plus large comme le sous-titre le montre clairement. Simplement (et là, je vous conseille de lire le « Manuel de l’animateur social » de S. Alinsky plutôt que les cours de Science Po), il faut commencer par un cas concret et le traiter à fonds, même s’il y en a d’autre et si cela peut sembler injuste à celui sur qui cela se cristallise. Vous avez eu la malchance d’être la goutte qui fait déborder le vase, mais nous comptons bien nous attaquer ensuite aux autres problèmes.

        Malheureusement, nous ne pouvons pas rejeter les activités économiques qui font vivre nos communes et nos populations. Sucy est déjà bien mal engagée financièrement, avec un taux d’imposition record (et des voiries moyennement entretenues…). Il faut diminuer les nuisances. L’écologie est une attitude, pas un dogme… Si on s’attaquait un peu à la pollution lumineuse, hein ? A la vitesse des bolides rugissants qui renversent nos enfants devant le stade et les tennis ?

        R. Tsst… je suis déçu. Vous reprenez la même rhétorique de noyage du poisson que dans le paragraphe précédent. J’attendais mieux de Science Po. de mon côté je remplace Alinsky par Confucius : pour déplacer une montagne il faut commencer par bouger un cailloux. Et le caillou qui nous intéresse ici est enrobé de bitume…

        Heureusement, les pratiques ont bien évolué. Ne pas oublier sur quels « terrains » la plupart de nos jolis parcs, parcs des sports etc… ont été construits. Les choses évoluent dans le bon sens, il faut juste rester éveillé et attentif.

        R. Diable, de la poésie ??? Non, sérieusement, le coup du joli parc vous pouvez le faire avec Madame le maire de Sucy mais pas avec les habitants des Noyers dont les gamins vont respirer l’odeur du goudron dans la cour de récréation. No comprendo, senor, one st trop plouc dans le bas de Sucy.

        C’est l’ensemble de la zone portuaire qui doit faire l’objet de surveillances au niveau de la qualité de l’air.

        R. Nous sommes TOTALEMENT D’ACCORD AVEC VOUS sur ce point. Si une surveillance indépendante et efficace de l’air se met en place dans le port et les communes alentours, les industriels respectueux de l’environnement et de la santé en seront les premiers bénéficiaires. Si tel est le cas d’Eiffage, alors plaidez pour une telle surveillance et nous serons à vos côtés !

        C’est le moment de s’en occuper, dans l’intérêt de tous. Le rapport de force n’est pas une bonne solution.

        R. Ben là, on est plus d’accord. Sans rapport de force il est impossible de se faire entendre. Nous sommes d’ailleurs bien faible face à une entreprise aussi puissante qu’Eiffage mais nous utilisons les ressources à notre disposition : démocratie, transparence, information.

        En tous les cas merci de cette discussion intéressante et au plaisir de la prolonger.

        Bien cordialement,

        Claude GRASLAND
        Pour le collectif T’AIR-EAU 94

  4. Bonsoir, je suis triste de ne pas vous apporter satisfaction sur mon identité vu que vous seriez encore plus déçu d’apprendre que je n’ai aucun accès à l’entreprise dont vous parlez, qui n’est qu’un de mes clients. Si j’avais eu la chance d’être formé dans une école prestigieuse, je n’aurais peut-être pas remarqué la fameuse tranchée d’ailleurs…
    Je suis content de l’ouverture de votre blog et de votre capacité de dialogue, en rupture avec celle d’autres politiques. J’ai « utilisé toutes mes cartouches » uniquement dans le but de modérer vos ardeurs vis-à-vis d’une entreprise quelle qu’elle soit.
    Amateur de Diogène, Saul Alinsky serait à coup sûr pour moi une lecture intéressante. Ses 10 règles, trouvées sur Internet, sont de bon conseil dans la société actuelle.
    Mon postulat est le suivant : une machine fabriquée en 2011 ou 2012 est certainement plus respectueuse de l’environnement que ses cousines (300 et 150 t/h) qui sont en service depuis 1988, dont le poste principal de 300 t/h est un « Wibau WKM 250 S bardé, catégorie E2, bruleur alimenté au fioul lourd et au gaz » (informations collectées, pas mal ?). Les normes, les performances, tout a évolué depuis. Je n’aime pas les injustices. Comme vous, je ne connais pas le modèle de celui qui est en construction pour le moment. La concentration de plusieurs industries similaires n’est pas engageante, c’est sûr, vu qu’il y aura finalement au total 3 postes.
    Pour information il n’y a pas de goudrons dans les enrobés recyclés, ni dans les nouveaux. Sous-produit de la houille, le goudron était cancérigène (les fumeurs ne l’ont toujours pas compris…). Les bitumes actuels sont des sous-produits de la distillation du pétrole utilisé dans nos chères voitures.
    Comme il est absolument impossible que vous ayez pris toutes les photos publiées ici de l’extérieur (on lit bien « port du casque obligatoire » sur votre photo prise à plus de 100m de distance derrière la clôture, je m’y suis rendu avec des jumelles, je n’ai pas vu le fameux panneau depuis la clôture), je considère que vous me mentez sur ce point (je ne vous en veux pas) donc je m’appelle encore « Ecologique ». C’est logique, non ? J’ai bien noté que vous avez de l’humour. J’espère que nous aurons l’occasion de nous rencontrer en vrai pour échanger. Je crois vous avoir déjà croisé devant la gare avec votre Bruyère fumante à la main. Si c’est bien vous je viendrais vers vous la prochaine fois.
    Cordialement.

    • Bonjour Mr Ecologique,
      vous avez l’air de connaitre effectivement beaucoup de choses intéressantes mais vous voulez protéger un projet actuel et « moderne » que est déjà dépassé pour notre époque (21ème siècle) et vous êtes pour cela prêt à ne pas protéger la population toute proche, (pas bien !)
      entre le pot de fer et le pot de terre vous choisissez le plus fort !!! trop facile !

      Maintenant c’est fini les conneries!
      Avant, la Santé et la Nature tout le monde s’en foutait, mais il y a enfin une petite prise de conscience, alors SVP pensez « Projets Durables » donc sain (pour toute la vie)

      « la Terre en a raz le bol un point c’est tout ! » RIDAN – Objectif terre chanson à écouter

      Merci à Mr Claude GRASLAND pour ces explications si claires !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s