Déjà 1500 signatures pour demander l’arrêt de la construction et la reprise de l’enquête publique

Malgré les vacances, la mobilisation ne faiblit pas et nous venons de franchir ce soir le cap symbolique des 1500 signatures. Encore s’agit-il d’un chiffre minimum car nous attendons le retour des nombreuses pétitions papiers en cours de signature à Saint-Maur dans les quartiers riverains de la future centrale. En un peu plus d’une semaine, nous avons donc progressé de 600 signatures, avec toujours une contribution majeure des Sucyssiens, mais un mouvement qui progresse rapidement sur Saint-Maur et qui semble également se réveiller à Chennevières ou Créteil. Seul Bonneuil semble toujours peu touché par le mouvement alors même que de nombreux habitants de cette commune seront également concernés par les nuisances.

Nous préparons désormais activement la rencontre avec le préfet du Val-de-Marne, considérant qu’il n’est pas possible, pour le représentant impartial de l’Etat qu’il incarne, de considérer comme valable une enquête d’utilité publique où seules 3 personnes s’étaient exprimées. Il est évident que si 2000 personnes ou plus signent actuellement une pétition contre l’ouverture de cette centrale, c’est qu’elles n’ont pas eu l’occasion de s’exprimer au moment de l’enquête et surtout n’ont pas été correctement informées des enjeux.

Sans statuer immédiatement sur l’avenir de la centrale, le minimum que puisse faire le préfet du Val de Marne est à notre avis (1) de suspendre l’autorisation d’exploitation de la centrale et de rouvrir l’enquête d’utilité publique pour une période de six mois, temps nécessaire pour reprendre un à un les éléments du dossier (cf. notre contre-enquête) et aussi (2) procéder à une campagne de mesure de la qualité de l’air dans le Port de Bonneuil et ses alentours, avant toute autorisation de nouvelle installation classée. Cette campagne de mesure préalable est indispensable pour rétablir la confiance des citoyens des communes riveraines dans l’action de leurs élus, surtout ceux qui ont autorisé la construction ou reporté l’expertise à plus tard. En effet il serait trop facile, après coup, de dire qu’on ne peut évaluer l’effet de la nouvelle centrale faute d’avoir mesuré la qualité de l’air en son absence. On ne pourrait jamais rien prouver.

Rendez-vous très prochainement pour les 2000 signatures et surtout la rencontre avec le Préfet du Val de Marne.

Claude GRASLAND

Pour le collectif T’AIR-EAU 94

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s