Une idée pour reprendre le combat : la création d’un réseau de citoyens capteurs dans les trois communes entourant le Port de Bonneuil

Après le point culminant de la grande manifestation de juin 2012, le grand mouvement citoyen d’opposition au projet de centrale d’enrobés à chaud Eiffage de Bonneuil s’est divisé et finalement délité. D’un côté, les partisans de l’action juridique désormais regroupés dans une association BMSE étroitement cantonnée à la ville de Saint-Maur. De l’autre les nostalgiques d’un mouvement plus libertaire et ouvertement politique (au sens noble du terme) pour lesquels aucune considération ne doit primer la liberté d’informer. Résultat ?  Des riverains déboussolés qui voient jour après jour se développer la pollution générée par l’usine en ayant l’impression que plus rien ni personne ne cherche à s’y opposer. Alors, faut-il selon l’expression consacrée « cesser le combat » et s’en remettre à l’hypothétique succès du recours juridique ? Ou bien peut-on lancer une nouvelle initiative en partant du principe que « Les gens qui se battent peuvent perdre; les gens qui ne se battent pas ont déjà perdu » (B. Brecht).

A) L’initiative des « citoyens capteurs »

Avant toutes choses, j’invite les lecteurs de ce blog à lire le document de présentation de l’initiative « citoyen capteur » que vous pouvez télécharger en PDF en cliquant ici.

capteur1

capteur2

Vous trouverez ensuite plus de détail sur le site web http://www.citoyenscapteurs.net/ et il faut certainement bien analyser les tenants et les aboutissants de ce projet avant de voir dans quelle mesure il pourrait être utile de les contacter pour mener une action commune. L’expérience montre qu’un peu de méfiance est toujours de mise lorsque des enjeux financiers sont présents et cela vaut la peine d’étudier les initiatives parallèles ou concurrentes.

Mais en tous les cas, le projet citoyens capteurs ouvre une piste d’action intéressante pour les citoyens des trois communes riveraines du Port de Bonneuil.

B) Encerclons les pollueurs du Port de Bonneuil par un réseaux indépendant de capteurs municipaux et citoyens

Le problème finalement assez simple qui nous est posé est le suivant : si l’on veut pouvoir lutter contre la pollution aérienne, il faut lever l’hypothèque que constitue la réalisation de mesures objectives en temps réel. Nous avons pu voir au cours de la dernière année que nos témoignages étaient fréquemment remis en cause par la préfecture ou enregistrés à contre-coeur. Nous avons également vu que lorsque la préfecture effectuait des contrôles, ils étaient fait de façon secrète avec des choix particulièrement contestables de localisation des points de mesure (exemple de Sucy). Bref, on ne pourra pas emporter la bataille judiciaire (procès) ou la bataille médiatique (journaux) si on n’emporte pas d’abord la bataille de l’information (mesures objectives incontestables).

Hypothèse 1 :  l’installation d’un capteur AIRPARIF dans le Port de Bonneuil ?

Nous avons longtemps défendu cette position, mais tout laisse penser que cela ne se fera pas, ou seulement à l’issue d’une longue bataille.  Au demeurant, un tel capteur isolé ne mesurerait sans doute pas tous les polluants et serait finalement une fausse bonne solution puisqu’il semblerait clore une bonne fois pour toute le débat.

Hypothèse 2 : demander aux communes riveraines d’installer des capteurs municipaux sur leur propre budget

Il ne faut certainement pas se priver d’en faire la demande aux trois municipalités de Sucy, Bonneuil et Saint-Maur, surtout à l’approche des élections municipales. D’emblée, il faut indiquer que nous demandons la mise en place de capteurs municipaux totalement financés sur le budget municipal. Il s’agit donc d’un choix politique (mais oui !) et dans la mesure où les budgets municipaux sont souvent exsangues, il faudra décider de coupe dans d’autres postes budgétaires pour financer de tels capteurs. Pour ce qui me concerne (mais chacun est évidemment libre de proposer d’autres transferts budgétaires) je serai très favorable à un transfert du budget de la vidéosurveillance (que je trouve liberticide et inefficace) vers la surveillance de la pollution aérienne !

Cette piste d’action n’est pas à négliger, mais elle est soumise aux aléas des majorités municipales et c’est en définitive la dernière solution qu’il faut engager sans plus tarder.

Hypothèse 3 : la mise en place d’un réseau de citoyens capteurs diffusant leurs résultats sur internet en temps réel

L’association citoyens capteurs semble indiquer la possibilité de mettre en place des capteurs mesurant plusieurs polluants pour moins de 200 euros. En vérité, il faut certainement prévoir une somme plus importante et un temps bénévole d’installation, surveillance de l’appareil, transfert des données, etc…. Mais le coût ne paraît nullement prohibitif si on le compare, par exemple, aux sommes investies par les riverains dans l’action juridique.  On peut d’ailleurs facilement imaginer que des petits groupes de trois ou quatre voisins se constituent pour assurer collectivement la maintenance d’un capteur à l’école des Noyers, d’autres sur le quai de la Pie, d’autres au niveau de la mairie de Bonneuil, etc….

Cela demande certainement un peu de travail et de réflexion, mais cela paraît être une bonne piste d’action, qui pourrait mobiliser, outre les citoyens proprement dit , les associations environnementales des communes riveraines (ex. Sucy Nature Environnement). L’important serait que les différents capteurs soient synchronisés et que leurs résultats apparaissent sur un seul site web commun aux trois communes entourant le Port de Bonneuil.

C) Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait (Mark Twain)

Je ne sais si ce billet redonnera un peu de moral aux riverains désabusés … mais vous pouvez en tous les cas utiliser librement la fonction commentaire du blog pour discuter ce projet utopique de mise en place de capteurs citoyens. Et si vous êtes assez nombreux à le souhaiter, pourquoi ne pas organiser une petite réunion où l’on inviterait les représentants de l’initiative « capteurs citoyens » à nous présenter leur approche ?

C’est à vous d’en décider, car après tout T’AIR-EAU94 est un collectif citoyen sans existence juridique et n’est que la somme des volontés de ceux qui s’y reconnaissent.

Claude GRASLAND

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s