Alerte à la pollution de l’air en Ile de France : le pic actuel n’est pas une exception.

Nous reprenons ici une analyse publiée par la liste écologiste candidate aux élections municipales de Sucy-en-Brie ( Sucy : Ecologie, Citoyenneté, Solidarité ) qui montre que le pic de pollution actuel qui perturbe la vie des franciliens ces derniers jours n’a malheureusement rien d’exceptionnel.

Peu de partis politiques ont le courage de prendre les mesures qui s’imposent, tant ils ont peur en cette période électorale d’indisposer les électeurs-automobilistes. Mais ces derniers sont ils aussi stupides que semblent le croire ces hommes politiques de peu de courage ?

Ce que nous a appris le mouvement contre l’usine Eiffage, c’est l’importance d’expliquer aux citoyens les enjeux et de ne rien lâcher. Nous espérons tous que le procès conduira à la fermeture de l’usine Eiffage, mais ce n’est pas pour autant qu’il faudra cesser de se battre pour l’installation d’un capteur AIRPARIF dans le Port de Bonneuil ainsi que la mise en place d’un Schéma de développement durable aligné sur celui du Port de Gennevilliers. Et gare aux projets d’autoroutes qui semblent renaître …  

Depuis plus d’une semaine, notre région traverse une alerte majeure à la pollution aux particules fines (PM2,5) qui sont particulièrement nocives pour la santé des enfants et des personnes âgées.  Le gouvernement s’est limité à des mesures utiles (gratuité des transports en commun, réduction  de la vitesse automobile) mais insuffisante. Il aurait en effet fallu réduire de moitié la circulation automobile en imposant la circulation alternée : véhicules à numéro pair un jour, impair l’autre jour.  En réalité, la plupart des partis politiques  semblent surtout avoir peur d’indisposer les automobilistes à l’approche des élections …

Or, la situation est réellement grave et l’épisode de pollution que nous traversons n’est malheureusement pas exceptionnel. Si l’on regarde le niveau de pollution en Ile de France au cours des 5 derniers mois, on observe un dépassement répété des seuils d’alertes aux particules, avec des valeurs exceptionnelles au cours des premiers jours de mars 2014 mais également en novembre-décembre 2013.

Pollution3

Les spécialistes de santé publique considèrent que l’objectif de réduction des particules fines devrait conduire à des valeurs inférieures à 20 microgr/m3 selon l’Union Européenne, 15 selon le Grenelle de l’environnement, 10 selon l’Organisation Mondiale de la Santé. Or, ces valeurs ont été à peu près constamment dépassées au cours des 4 derniers mois. C’est dire les efforts qui restent à accomplir pour lutter contre ce fléau. (…) Il ne s’agit en aucun cas de punir les personnes qui sont obligées d’utiliser ce mode de transport mais au contraire de les pousser à réduire son utilisation en développant le covoiturage, l’auto-partage, le vélo et surtout une offre de transport en commun adaptée aux besoins et aux horaires.

Source :   Sucy : Ecologie, Citoyenneté, Solidarité

Rapport du Commissaire Enquêteur sur la RN406 : Il faut installer une station permanente de suivi de la qualité de l’air

La forte mobilisation des citoyens de Sucy-en-Brie et des membres du Collectif T’AIR-EAU94 au moment de l’enquête sur la RN406 a porté ses fruits : le commissaire enquêteur Pierre Farran, dont nous saluons l’honnêteté, a largement rendu compte des craintes exprimées et a en particulier fortement répercuté notre demande d’installation d’un capteur permanent de qualité de l’air dans le Port de Bonneuil, dont il fait une condition d’installation de la RN 406. Il appuie également fortement la demande de mise en place d’un schéma de développement durable du Port de Bonneuil, aligné sur celui de Gennevilliers. Espérons que ce rapport sera suivi d’effet. Et en tous les cas merci et bravo à tous ceux qui se sont mobilisés !

Consulter le rapport complet de 21 pages en cliquant ici ou lisez le résumé de 3 pages ci-dessous

 

enquete1

enquete2enquete3

Pétition : 4500 signatures contre la centrale Eiffage

L’échec patent de la réunion en préfecture n’a pas démobilisé les membres du collectif T’AIR-EAU 94, bien au contraire. En deux semaines, ce sont 1000 signatures de plus qui sont venues s’ajouter aux 3500 remises à Monsieur le Préfet du Val-de-Marne.

Avec 563 signatures de plus en deux semaines, c’est désormais Saint-Maur-des-Fossés qui prend logiquement la tête du palmarès des communes les plus mobilisées (1824 signatures), devant Sucy-en-Brie (1481 signatures) et Bonneuil (224 Signatures). Rappelons que ces volumes respectifs de signatures sont conformes aux nombres d’habitants localisés à proximité de la centrale dans un rayon de 1 ou 2 kilomètres : il n’ y a pas de hasard.

De ce point de vue, il est intéressant d’observer que les 3 communes suivantes sont désormais Ormesson (84 signatures), Créteil (73 signatures) et Chennevières (68 signature) c’est-à-dire précisément celles qui étaient concernées aussi par l’enquête d’utilité publique. Les élus  de Chennevières et de Créteil qui ont votés en faveur de l’implantation de la centrale feraient bien de réexaminer le dossier avant que les électeurs ne se rappellent à leur bon souvenir.

En d’autres termes, la pétition fait désormais office de substitut à l’enquête d’utilité publique qui n’a pas eu lieu en décembre 2010. Mais avec tout de même 4500 avis soit 1500 fois plus que les 3 personnes qui avaient rempli le registre …

DEBAT POLITIQUE (1) : Fixons les règles du jeu

A trois semaines des élections présidentielles et deux mois des élections législatives, il serait naïf de penser que les 4000 signatures obtenues par la pétition du collectif T’AIR-EAU94 ne sont pas devenues un enjeu électoral, surtout pour les candidats déclarés à l’Assemblée Nationale. Plutôt que de s’en réjouir, il faut s’en inquiéter et craindre que l’on assiste à un feu de paille de soutiens opportunistes qui, passés les échéances nationales, disparaîtront aussi vite qu’ils sont venus. Nous proposons donc de fixer des règles du jeu claires et précises, assurant la mise en place d’un véritable débat public et débouchant sur des engagements de longue durée des représentants de la nation.

1) Le collectif T’AIR-EAU94 ne donnera pas de consignes de votes

Les membres du collectif T’AIR-EAU94 et les signataires de la pétition publique appartiennent à titre individuel à l’ensemble des partis politiques et n’ont aucune raison de dissimuler leur affiliation lorsqu’on les interroge à ce sujet. Mais le collectif dans son ensemble est tenu à un devoir de réserve et ne peut en aucun cas se prononcer en faveur de tel ou tel candidat pour les élections présidentielles ou législatives à venir. Tout ce que le collectif T’AIR-EAU94 peut faire, c’est demander à chacun des partis politiques de se prononcer sur des propositions précises qui permettront aux électeurs d’effectuer leur choix en connaissance de cause.

2) Prendre en compte les trois dimensions économiques, sociales et environnementales.

Les membres du collectif T’AIR-EAU94 ne se contenteront pas de signatures individuelles de candidats aux élections en bas de la pétition demandant l’arrêt de la centrale Eiffage de Bonneuil. L’honneur et la difficulté du métier de représentant de la nation est de mettre en oeuvre des solutions conformes à l’intérêt général et de procéder à des arbitrages entre les différents intérêts particuliers. Le cas de la centrale Eiffage est de ce point de vue particulièrement emblématique puisqu’il met en jeu les trois dimensions majeures et souvent conflictuelles du développement durable : l’économique (assurer la création de richesse et d’emploi), le social (réduire les inégalités, par exemples en matière de santé) et l’environnemental (protéger les ressources non renouvelables et les transmettre aux générations futures). Qu’ils soient favorables ou défavorables à l’implantation de la centrale, nous demandons aux partis politiques de proposer des argumentaires précis sur ces trois points et d’expliciter comment ils effectuent leur arbitrage final.

3) Prendre des engagements écrits sans langue de bois

Plusieurs élus interpellés par les membres du collectif T’AIR-EAU94 au sujet de l’usine Eiffage ont souligné qu’il est beaucoup plus facile de promettre des actions  lorsque l’on n’est pas en situation directe de responsabilité, que de les mettre en oeuvre au quotidien lorsque l’on est soumis à la pression de contraintes multiples, aussi bien légales que financières. Il est légitime que ces explications des élus soient portées à la connaissance du public lorsqu’elles sont justifiées. Tout comme il est indispensable que les candidats ne se contentent pas de promesses lénifiantes mais vagues. Aussi nous demandons aux uns et aux autres de se prononcer par écrit et sans langue de bois.  Ces prises de position écrites doivent être envoyées à taireau94@voila.fr et seront publiées sur le présent site dès lors qu’elles respectent les règles de base de respect et de courtoisie. Elles pourront être librement commentées par les internautes. Le fait de se prononcer par écrit permet d’éviter les polémiques autour de compte-rendus imprécis de débats tenus lors de réunion. Il permet surtout d’appliquer aux propositions des candidats le test de négativité (*) .

(*) Le test de négativité consiste à prendre une proposition et à se demander si l’on peut être opposé à la proposition inverse. Si personne ne peut être opposé à la proposition inverse, c’est que cette proposition n’a aucune valeur en terme de débat public. Par exemple, si un candidat déclare  » (X) Je suis contre la mise en danger des enfants d’école primaire« , la proposition inverse (non-X) « Je suis pour la mise en danger des enfants d’école primaire » va susciter une opposition unanime. ce qui prouve que la proposition (X) n’a aucune valeur et n’est qu’un élément de discours sans contenu pour le débat politique. Si en revanche un candidat déclare (Y) » Je suis contre l’implantation de l’usine Eiffage parce qu’elle va détruire plus d’emplois qu’elle ne va en créer et comporte des risques pour la santé« , la proposition inverse (non-Y) « Je suis pour l’implantation de la centrale Eiffage parce que je pense qu’elle va créer plus d’emplois qu’elle ne va en détruire et ne présente pas de risques pour la santé »  est défendable. Ce sera à chacun d’argumenter pourquoi il pense (Y) ou (non-Y) dans le cadre d’un débat faisant appel à la fois aux experts  (de santé, d’emploi) mais aussi à la capacité d’arbitrage du politique (priorité à l’emploi ou à la santé).

4) Préciser les niveaux d’engagement politique : Europe, Nation, Région, Département, Intercommunalités, Commune

L’engagement souscrit par un parti politique n’aura pas le même sens selon qu’il concerne un membre isolé de celui-ci (signature de la pétition) ou selon qu’il est relayé aux niveaux supérieurs que sont la commune, le département, la région ou l’Etat. Nous savons d’expérience, et par de multiples exemples, que d’une commune à l’autre, les membres d’un même parti politique peuvent être favorables ou opposés à l’ouverture de la centrale Eiffage.  Il s’agit là d’un problème interne spécifique à chaque parti politique dans lequel le collectif T’AIR-EAU94 n’a pas pas à intervenir en tant que tel. Mais il est en revanche indispensable que les prises de position politique qui nous seront transmises pour publication mentionnent clairement le niveau territorial d’engagement des partis politiques. Ce n’est en effet pas la même chose d’avoir le soutien du parti politique X au niveau d’une seule commune, d’un canton, d’un département, d’une région, voire de la nation.

5) Favoriser un dialogue intercommunal et éviter les solutions partielles

Au niveau des communes les plus concernées par la centrale (Bonneuil-sur-Marne, Sucy-en-Brie, Saint-Maur-des-Fossés) et de leurs voisines immédiates (Ormesson, Chennevières, Créteil, Champigny, Boissy-Saint-Léger, …), il existe une tendance regrettable à se rejeter réciproquement la faute de l’implantation de la centrale et, ce qui est plus grave, à tenter par anticipation de déplacer les nuisances futures vers les autres communes. Nous ne parlons pas ici de la pollution de l’air qui en tout état de cause sera hors de contrôle, mais plutôt des longues files de camions chargés de bitume toxique qu’il faudra bien évacuer si la centrale se met en place (plusieurs centaines par jour en période de pointe). Il y a là un enjeu majeur qui interfère avec de vieux dossier que l’on croyait refermés à jamais mais qui visiblement ne le sont pas (la fameuse Rocade est du Val de Marne). Parce qu’il regroupe des membres de toutes les communes concernées, le collectif T’AIR_EAU94 ne saurait accepter des solutions consistant pour une commune particulière à s’assurer que c’est la voisine qui subira le passage des files de camions. Le dialogue politique intercommunal doit impérativement être renforcé et les intercommunalités présentes ou futures sont très clairement invitées à s’emparer du dossier.

6) Publication des prises de propositions spontanées ou proposition d’une charte ?

Il existe deux solutions complémentaires pour engager le débat politique autour de la centrale Eiffage de Bonneuil. La première consiste à publier sans commentaire de notre part  les courriers des élus ou candidats  décrivant leurs positions respectives sur la centrale Eiffage de Bonneuil. La seconde option consiste pour les membres du collectif T’AIR-EAU94 à élaborer une charte de propositions qu’ils jugent indispensables et à demander à tous les candidats aux élections législatives de se prononcer pour ou contre. La première solution semble plus adaptée à la période des élections présidentielles où le débat est plutôt centré sur le niveau national. Elle laisse plus de liberté aux partis pour réfléchir au sujet et résoudre éventuellement leurs contradictions internes. La seconde solution semble en revanche indispensable pour les élections législatives où les candidats des deux circonscriptions voisines de la centrale ne pourront pas faire l’impasse sur le sujet.  Il serait donc souhaitable que le collectif T’AIR-EAU94 élabore d’ici la le début du mois de Mai une charte ou une série de questions qui seront adressées à tous les candidats aux élections législatives.

Conclusion : le facteur temps

On peut sans doute s’étonner que ne soit pas rappelé ici le caractère urgent d’actions concrètes face à l’ouverture imminente de la centrale Eiffage. Mais ces actions relèvent de l’action directe des membres du collectif et de recours en justice. Ce que nous demandons aux représentants de la nation et aux candidats c’est au contraire un engagement réfléchi sur la durée, qui ne s’interrompe pas avec les grandes vacances. Au delà du cas emblématique de la centrale Eiffage, il faut mettre en place une perspective de long terme pour un développement durable (économique, social et environnemental) du Port Autonome de Bonneuil et des communes environnantes.

N.B. Par souci d’équité, nous attendrons une semaine (dimanche 8 Avril)  pour publier les premières contributions des partis politiques au débat. Il ne serait de toutes façons pas sérieux de publier ces propositions dès demain (1er Avril …)

Claude GRASLAND

Pour le collectif T’AIR_EAU94

Pétition : 3500 signatures contre la centrale Eiffage

Depuis 15 jours le mouvement de signature de la pétition contre la centrale s’est fortement accéléré grâce au travail d’information des citoyens mené sur le terrain par les membres du collectif T’AIR-EAU 94. Les signatures de pétition sur internet augmentent régulièrement à raison d’un peu plus d’une centaine par semaine (passage de 876 à 1147). Mais ce sont les signatures papiers recueillies par les membres du collectif qui voient leur nombre pratiquement doubler (passage de 1284 à 2308).

On note la contribution majeure de Saint-Maur-des-Fossés qui manque de justesse de dépasser Sucy-en-Brie. Au vu du nombre d’habitants situés à moins de 2 kilomètres de la centrale  (28 000 à Saint-Maur  contre 13 000 à Sucy), il ne fait aucun doute qu’il demeure encore une marge importante de progression à Saint-Maur qui pourrait multiplier par deux son nombre de signataires actuels.

Autre nouveauté majeure, et c’est un motif particulier de satisfaction pour les membres du collectif T’AIR-EAU 94 qui se sont mobilisé hier, Bonneuil-sur-Marne fait une entrée fracassante à la troisième place avec 157 signatures soit 10 fois plus que le maigre total de 15 signatures obtenues jusqu’ici. Comme à Sucy et Saint-Maur, le mouvement devrait s’amplifier sur Bonneuil dans les semaines à venir.

Enfin, on ne doit certes pas oublier la contribution des autres communes concernées par l’enquête publique (Créteil, Chennevières, Ormesson) ou proches de la centrale (Champigny) qui ont désormais toutes franchies la barre des 50 signatures et constituent des réserves potentielles de citoyens à mobiliser pour nos futures actions.

Très logiquement, la distribution des signataires de la pétition tend de plus en plus à devenir proportionnelle à la population de chaque commune localisée à moins de deux kilomètres de la centrale. Mais elle ne s’y limite pas car beaucoup de personnes plus éloignées de la centrale Eiffage déclarent signer par solidarité avec les habitants proches du foyer de pollution. C’est ainsi que l’on voit monter en puissance depuis 15 jours les signatures de communes toujours plus éloignées formant une troisième couronne (Villiers, Maison-Alfort, Alfortville, La Queue-en-Brie, Marolles, ….)

Sans vouloir trop extrapoler les tendances, on peut estimer que nous franchirons certainement très bientôt,  le cap des 5000 signatures, ce que nous ne manquerons pas de signaler mercredi prochain au Préfet du val de Marne en lui remettant copie des 3500 signatures actuelles. Est-il encore possible d’ignorer la disproportion entre ce chiffre de pétitionnaire (3500)  et le nombre de personnes ayant participé à l’enquête publique (3) ? A l’évidence, la réponse est non !

Déjà 1500 signatures pour demander l’arrêt de la construction et la reprise de l’enquête publique

Malgré les vacances, la mobilisation ne faiblit pas et nous venons de franchir ce soir le cap symbolique des 1500 signatures. Encore s’agit-il d’un chiffre minimum car nous attendons le retour des nombreuses pétitions papiers en cours de signature à Saint-Maur dans les quartiers riverains de la future centrale. En un peu plus d’une semaine, nous avons donc progressé de 600 signatures, avec toujours une contribution majeure des Sucyssiens, mais un mouvement qui progresse rapidement sur Saint-Maur et qui semble également se réveiller à Chennevières ou Créteil. Seul Bonneuil semble toujours peu touché par le mouvement alors même que de nombreux habitants de cette commune seront également concernés par les nuisances.

Nous préparons désormais activement la rencontre avec le préfet du Val-de-Marne, considérant qu’il n’est pas possible, pour le représentant impartial de l’Etat qu’il incarne, de considérer comme valable une enquête d’utilité publique où seules 3 personnes s’étaient exprimées. Il est évident que si 2000 personnes ou plus signent actuellement une pétition contre l’ouverture de cette centrale, c’est qu’elles n’ont pas eu l’occasion de s’exprimer au moment de l’enquête et surtout n’ont pas été correctement informées des enjeux.

Sans statuer immédiatement sur l’avenir de la centrale, le minimum que puisse faire le préfet du Val de Marne est à notre avis (1) de suspendre l’autorisation d’exploitation de la centrale et de rouvrir l’enquête d’utilité publique pour une période de six mois, temps nécessaire pour reprendre un à un les éléments du dossier (cf. notre contre-enquête) et aussi (2) procéder à une campagne de mesure de la qualité de l’air dans le Port de Bonneuil et ses alentours, avant toute autorisation de nouvelle installation classée. Cette campagne de mesure préalable est indispensable pour rétablir la confiance des citoyens des communes riveraines dans l’action de leurs élus, surtout ceux qui ont autorisé la construction ou reporté l’expertise à plus tard. En effet il serait trop facile, après coup, de dire qu’on ne peut évaluer l’effet de la nouvelle centrale faute d’avoir mesuré la qualité de l’air en son absence. On ne pourrait jamais rien prouver.

Rendez-vous très prochainement pour les 2000 signatures et surtout la rencontre avec le Préfet du Val de Marne.

Claude GRASLAND

Pour le collectif T’AIR-EAU 94

PETITION : VERS LES 1000 SIGNATURES …

Comme promis, nous publions aujourd’hui les résultats provisoires de la pétition au bout de 10 jours d’une mobilisation très forte sur Sucy-en-Brie, mais qui devrait s’étendre rapidement la semaine prochaine sur Saint-Maur-des-Fossés, Bonneuil, Ormesson, Chennevières, Créteil et Boissy-Saint-Léger. Même si les 1000 signatures ne sont pas encore atteintes, elles devraient l’être prochainement. Aussi, tout en continuant la campagne de signature il faut préparer le rendez-vous avec le Préfet du Val-de-Marne et décider de façon transparente de la composition de la délégation du collectif T’AIR-EAU 94 qui représentera les pétitionnaires.

1. Résultats par communes : Sucy, Saint-Maur, Ormesson …

C’est à Sucy-en-Brie, point de départ du mouvement T’AIR-EAU 94 que la mobilisation a été de loin la plus forte, avec 632 signatures sur les 905 qui ont été collectées. Ce résultat s’explique par l’intense campagne de collecte au marché et au RER, ainsi que par les relais de commerçants ou de riverains qui ont fait signer la pétition par leurs amis ou voisins. Le mouvement n’est d’ailleurs pas terminé et de nombreuses signatures sont encore attendues dans les jours à venir.

Saint-Maur arrive en seconde position avec 69 signatures. Mais le mouvement ne fait ici que démarrer et, si la mobilisation qui débute est aussi forte que celle de Sucy-en-Brie, on devrait rapidement collecter pas moins de 1000 signatures sur cette seule commune qui compte le plus de riverains proches de la centrale.

Ormesson arrive en troisième position avec 23 signatures, puis Boissy-Saint-Léger (14) et Noiseau (8), ce qui montre une diffusion dans la communauté de commune du Haut-Val-de-Marne du mouvement parti de Sucy-en-Brie, via les distributions de tracts au marché de Sucy-en-Brie et au RER.

Bonneuil-sur-Marne est en revanche très en retrait avec juste 6 signatures, Chennevières et Créteil  sont également à la traîne avec 4 signatures. Il faut impérativement trouver des relais sur ces communes qui sont très directement concernées par les fumées de la centrale. Même si les maires de ces trois communes soutiennent officiellement le projet Eiffage, leur avis n’est pas forcément partagé par leurs habitants. Et leurs conseils municipaux peuvent changer d’avis, car comme dit le proverbe …

2. Petitions papier et pétitions électroniques : utiliser de préférence la première solution

Comme le montrent les résultats détaillés ci-dessus, la pétition papier a été dans l’ensemble plus efficace que la pétition électronique (530 signatures contre 375 ) et surtout elle a été mieux remplie puisque l’on ne trouve que 7 personnes sur 530 n’ayant pas déclaré leur commune de résidence sur papier contre 97 sur 375 dans le cas de la pétition électronique. En outre, la pétition papier ne concerne que des habitants de communes riveraines alors que la pétition électronique se disperse davantage sur le Val-de-Marne et la France. Il n’est certes pas inutile de recevoir des soutiens de citoyens éloignés de la centrale, mais vis-à-vis de la préfecture ce sont les avis de riverains qui pèseront le plus. On peut en outre craindre que certaines personnes signent en double ce qui imposera une vérification fastidieuse avant de déposer la pétition.

Au total, nous recommandons de privilégier la signature sur pétition papier pour les communes riveraines concernées par l’enquête d’utilité publique (Sucy, Bonneuil, Ormesson, Chennevières,  Saint-Maur, Créteil, …) et de réserver la pétition électronique aux soutiens de personnes plus éloignées dans le reste du Val de Marne ou de la France.

3. Suite du mouvement : arriver à 2000 signatures et prendre rendez-vous avec le préfet.

La collecte de signature doit être poursuivie et intensifiée, en particulier sur les communes riveraines qui sont concernées par l’enquête d’utilité publique. Notre pétition sera en effet d’autant plus entendue qu’elle mobilisera fortement les citoyens sur toutes les communes concernées et pas seulement sur Sucy-en-Brie.

Mais surtout , la signature de la pétition est l’occasion de mobiliser les habitants et de préparer la désignation de représentants des riverains auprès du préfet du Val-de-Marne. Les personnes qui font signer la pétition recueillent par la même occasion les doléances des citoyens ainsi d’ailleurs que l’avis, certes minoritaire, des défenseurs de l’implantation de la centrale.La délégation qui portera les pétitions en préfecture sera logiquement composée des personnes qui ont le plus contribué à la signature de la pétition. Ainsi que des  groupes (associations de riverains, fédérations de parent d’élève, comités de quartier, … ) qui auront décidé de rejoindre officiellement le collectif. Nous demandons donc aux personnes et groupes qui le souhaitent de se déclarer officiellement membre du collectif T’AIR-EAU 94 (leur nom figurera sur le site dans la rubrique « A Propos »), afin de préparer de façon transparente la désignation des représentants auprès du préfet.

Il est indispensable de préciser les contours du collectif T’AIR-EAU94 avant d’entamer une  démarche officielle visant à stopper la construction de la centrale et reprendre l’enquête publique. Rappelons pour mémoire que 4 personnes seulement avaient signées le registre d’enquête publique en 2010 alors que nous sommes déjà plus de 900 à avoir protesté contre l’ouverture de la centrale. Cela seul permet de démontrer que l’information n’a pas été suffisante au moment de l’enquête publique.

4.  Commentaire de signataires de la pétition recueillis sur internet

En prévision d’une future enquête publique où le public sera véritablement consulté, nous publions les réactions des pétitionnaires qui sont accompagnée leur signature sur internet d’un avis sur la centrale. C’est édifiant et cela devrait contribuer à faire réfléchir aussi bien le préfet que les maires des communes qui ne se sont pas opposés à l’arrivée de la centrale …

Après la décharge de Boissy saint Léger
Attention danger.
Avec tous les espaces libres qu’il y a en grande banlieue pourquoi venir dans une zone a forte densité de population ?
Bravo pour votre engagement, il faut absolument que ce projet polluant soit abandonné!!
C’est honteux!!
C’est inadmissible qu’une telle usine de produit chimique lourd soit prévue aussi près des populations. Que font les collectivités territoriales ? ?
C’est scandaleux !! Nous connaissons l’impact que peut avoir une usine polluante à proximité d’une ville. Comment le maire peut-elle agir contre le bien être de ses administrés. De plus l’usine polluante est à proximité du parc départemental du Morbras et des autres parcs du centre ville, des écoles, etc. Le maire a perdu la raison et nous ne manquerons pas de le faire savoir !!!! C’est une honte pour notre ville. Sucy a justement pour vocation d’être une ville verte (son emblême est un arbre feuillu et non un arbre mort!!!!) . Vivement les élections !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
C’est une honte!
Ce type d’usine est connu pour sa pollution diffuse et les industriels eux même tendent à regrouper leur production sur de plus gros sites pour choisir une localisation le moins perturbante possible !!
Comme d’habitude (et comme dans beaucoup d’autres domaines) tout est fait en dépit du bon sens et à la va-vite .
Comment est-ce possible ? A l’heure où le décret du 2 décembre 2011 rend obligatoire la surveillance de la qualité de l’air dans les écoles, on installe une usine  polluante dans une zone habitable où se trouvent 2 écoles primaires ( les noyers et les mûriers)….Les désagréments du couloir aérien ne sont-ils pas suffisants ? …Comment est-il possible que la commune de Sucy cautionne une telle position ? Je souhaiterais  prendre connaissance de l’avis d’experts  missionnés, est-ce consultable à la mairie ? J’aimerais savoir la raison pour laquelle sur la homepage du site de la ville de Sucy apparaissent  des informations au sujet de la pétition engagée concernant la ligne RER A en revanche aucune donnée au sujet de l’installation de cette usine … C’est inadmissible …
Conseiller municipal Ville d’Ormesson
Contre
Coïncidence ou pas ? Dans le dernier bulletin municipal M. le Maire de Saint MAUR présente une réponse rassurante de Port de Paris concernant les nuisances générées par l’activité du port de Bonneuil. Il n’est pas fait mention de cette usine.
Du fait des vents dominants d’ouest, les effluents porterons également vers les communes d’Ormesson et de Noiseau!
En plein dans le passage des futures effluves et du bruit et parce que la vie de tous est en danger
Encore un projet qui ignore les vivants ! J’espère que l’ensemble des signataires qui défendent leur environnement immédiat élargirons à cette occasion leur champ de conscience ‡ l’ensemble de la Planète et à l’impératif changement de mode de vie qui doit avoir lieu : sans lui, Eiffage sera toujours et encore légitimé, ici ou ailleurs, car c’est pour le dieu Bagnole que nos poumons sont sacrifiés.
Encore un scandale de santé publique connu bien avant le démarrage des travaux ! Pourquoi si peu d’humanisme et tant d’envie de paquets d’euros ? Surtout qu’on ne prétexte pas l’apport d’emploi, car l’enjeu n’en vaut pas la chandelle.
Erreur d’orthographe à corriger : fabriquant
Et vous ne parlez pas du vacarme que cela va engendrer lors du concassage. La pire des pollutions !!!!
Etant asthmatique, la construction de cette usine me révolte d’autant plus
Il est inadmissible de construire une usine polluante dans une zone où les habitations et les écoles sont nombreuses. Nous sommes déjà victimes du couloir aérien engendrant des nuisances atmosphériques et sonores … Bientôt il sera de bon ton de déserter le Val de Marne !!!
Il est inadmissible que seule une association nous ait informés de cette source de pollution. le silence et la passivité de notre mairie nous stupéfient !!!
Il me paraît impensable qu’une usine aussi polluante puisse s’installer dans une zone densément peuplée, qui plus est avec un combustible aussi toxique que le lignite!
Il serait inadmissible d’accepter un tel projet!!! Il est temps de réagir.
J’informe autour de moi et je dirai même pas d’usine du tout. Espérons que cette pétition portera ses fruits…….
Je reconnais bien là une affaire comme il en pousse partout.
Je refuse les anciennes technologies polluantes et privilégie les nouvelles technologies non polluantes
Je suis scandalisée qu’aujourd’hui encore, nos autorités puissent mettre en oeuvre de tel programme au péril de la santé de la population, et sans tenir compte de leur avis, ni celui des experts. Quelle démocratie !
L’attitude de la municipalité de SUCY m’étonne et me dérange!
L’installation de cette usine fortement polluante dans une zone à forte densité de population est inadmissible et dangereuse pour les habitants.
Le groupe scolaire JJ Rousseau sera  également très proche de cette source de pollution, puisqu’il est à quelques centaines de mètres des Noyers.
Les gens qui prennent ces décisions n’en n’ont rien à faire des dommages collatéraux à savoir la santé de nos enfants ainsi que les nuisances engendrées. Nous n’avons aucun pouvoir face à eux mais ils faut tout de même signifier notre mécontentement
Les nuisances sont nombreuses et dangereuses, pensez à nos enfants, à vos enfants et petits enfants.
Marre !! et honte de faire ça !!
Mon enfant va à l’école des noyers et cela m’inquiète pour sa santé
Mon petit fils de 6 ans, habite sur la zone concernée, je suis inquiète et honteuse de constater que le pouvoir de l’argent l’emportera toujours sur le bien-être des humains, je ne dis pas bravo aux pouvoirs publics en particulier les mairies de Bonneuil et de Sucy
No comment!!!!!
Non à cette usine
Non à cette usine
Non à cette usine
NON A L USINE
Nous habitons dans la rue du Moulin Bateau et sommes très inquiets sur les conséquences de cette implantation sur la santé de notre famille et sur les nuisances que cela va causer
Nous, riverains du port autonome de Bonneuil disons stop ‡ l’implantation d’une usine de fabrication d’enrobés bitumineux à chaud
Nous sommes propriétaires tout près du site.  Dans notre petite rue à elle seule, il y a entre 15 et 20 enfants.  L’air sent assez mauvais et c’est assez pollué ici déjà.
Offrons des concerts avec des  clowns à nos enfants et petits enfants pas des cancers !!!!
On nous parle de pollution tous les jours baisser notre chauffage rouler moins vite acheter des appareils ménagers.
Peut-être faudrait-il alerter la presse si ce n’est déjà fait ? des affichettes chez les commerçants afin de toucher toute la population ???
Pour la préservation de l’environnement de notre santé.
Pour notre liberté a ne pas accepter ces lois liberticides
Pourquoi le Préfet ne s’est il pas informé avant de donner la permission . Nous faisons son boulot et il est payé ?! Quand va t on refuser l’incompétence?
Pourquoi ne pas implanter cette usine à Neuilly sur seine ????
Prendre le temps de consulter et de convaincre avant de commencer précipitamment des travaux peut-être plus nuisibles que ce qui en est dit.
Protégeons notre cadre de vie et celui de nos enfants
Quelles sont les actions engagées auprès des élus, je pense aux maires des communes concernées et au député du secteur. Des actions sont elles prévues au delà de la pétition ?
Résident de Sucy en Brie, attaché à un environnement résidentiel sûr et propre.
STOP
Trop dangereux
Une ancienne élève de l’école des noyers qui appréciait l’air pur de sa cour de récré.
Une enquête public a-t-elle été annoncée à Sucy en Brie
Une enquête publique a-t-elle été menée auprès des populations avoisinantes ?